Rencontre des collectifs NDDL 15-16 décembre 2012

Daniel et Estelle ont représenté le collectif à la rencontre des collectifs NDDL les 15-16 décembre 2012 :

Ce fut imposant et chaleureux. Beaucoup plus de participants que prévu avec environ 300 personnes représentant à peu près 150 collectifs

 En début de séance, présentation de l’historique (depuis 1973, la procédure, l’occupation depuis 2007, les expulsions et démolitions fin 2012) et de la situation actuelle, de l’organisation sur le terrain entre collectif, acipa, agriculteurs et habitants du secteur, occupants de la Zad, etc, … Une organisation pas toujours facile face aux provocations continues des pouvoirs publics (présence policière continue et épuisante, tentatives de déstabiliser le mouvement d’opposition, désinformation, pressions de toutes sortes) et de la grande hétérogénéité des acteurs du mouvement. Mais la cohérence du mouvement tient justement à la détermination de ses membres, le caractère fédérateur, dans leur diversité, des actions menées et des objectifs poursuivis.

Des conditions de vie difficiles sur la zad (destructions, boue, froid, pluie, …) ; besoins de monde et de popularisation en permanence.

Actuellement, des recours sont encore en cours, y compris contre l’autorisation judiciaire d’expulsion. Celle-ci n’est pas encore mise en œuvre.

Un tour de présentation des collectifs était prévu. Compte tenu du nombre très important des collectifs représentés, ceux-ci se sont regroupés par région (par département pour Bretagne et P de la Loire) pour porter une parole commune concernant les actions passées, les projets, et surtout les attentes de ces rencontres, et leur vision sur l’extension des luttes.

Pendant ces 2 jours, les discussions ont été nombreuses, intenses, souvent passionnées, quelquefois exclusives, toujours riches et constructives. C’est la première fois qu’un tel débat, à 300 voix se tient. Les attentes peuvent être diverses, comme les modes d’action, mais ce qui nous lie fortement, c’est notre détermination, la conviction que cet aéroport est inacceptable pour des raisons sociales, économiques, environnementales, de développement des territoires, etc, …, mais aussi parce qu’il traduit un monde de recherche du profit, de compétitivité, de concurrence, de gâchis, capitaliste puisque c’est comme cela qu’il s’appelle, dont nous ne voulons pas. Le combat contre cet aéroport est également une porte ouverte vers d’autres combats contre d’autres projets inutiles et imposés dans d’autres régions.

Il résulte des débats que c’est la diversité et la pluralité des collectifs, de leurs actions, et leur ancrage local qui font leur efficacité. Ce combat est assez nouveau, même s’il fait référence à d’autres (Larzac, Le Carnet, Plogoff …) et nécessite une expression nouvelle qui se crée au fur et à mesure.

Des travaux en commission se sont déroulés le samedi après midi

  1. Comment les collectifs peuvent s’impliquer sur le terrain (la zad notamment)
  2. Types d’actions à venir sur le terrain
  3. Les actions décentralisées : relier luttes locales et NDDL
  4. Quelle coordination des comités locaux ?

Résumer ces débats est impossible. L’ACIPA réalisera une synthèse à partir des rélevés micro qui sera disponible sur le site dans quelques jours.

Relevé des décisions :

Initiatives nationales de grande ampleur :

  • 2 grandes marches vont converger vers NDDL en janvier partant de Nice et de Lille, animant le parcours.
  • Grande manif à Nantes 4 semaines après la 1ère expulsion
  • Grande initiative au printemps (chaine humaine, action de réoccupation agricole, réaction au démarrage des 1ers travaux ?)
  • Grande initiative d’été
  • Journée annuelle contre les projets inutiles

Actions concertées des collectifs

  • Marchés de Noël le 22/12
  • Actions contre Vinci 18 et 19/1
  • Contacter partout les élus sur 15 jours : CM, CG, CR, parlementaires (dates à préciser) ; proposer systématiquement de rejoindre le CéDPa.
  • Implantation partout où c’est possible de panneaux « non ayraultport » pour populariser le mot d’ordre

Autres actions des collectifs (non exhaustif) :

  • Réagir vite si expulsion par toutes initiatives, et notamment l’occupation immédiate de lieux de pouvoir
  • Poursuivre les réunions d’info et de mobilisation, les permanences
  • Liens prudents avec les autres projets inutiles locaux (par contre, recenser et consulter les contrats, conventions, etc .. des PPP et autres délégations de service public 😉
  • Courrier et demande de RV aux élus, permanences des élus et PS, lettre au président de la République (en franchise postale)
  • Baptêmes de rues, participation aux vœux des élus, distributions de tracts, animations de rue, …
  • Construire des cabanes symboles, réappropriation de terres (dépôt de terres végétales sur surfaces béton),
  • Suivi et interventions sur chantiers et équipements Vinci

Au niveau départemental, demande de contact avec les autres collectifs du Morbihan (à priori, 7 existent), pour harmoniser et rendre plus efficace nos actions.

Le principe de réunir régulièrement les comités locaux est retenu, environ 3 fois dans l’année. La prochaine est prévue en avril-mai 2013

Le 17 décembre 2012
Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *